Logiques perceptives

« Autant je peux concevoir une intuition sans concept, autant un concept sans intuition est vide. »

- Kant

Si la littérature est capable de dire l'Esprit du temps et de participer à la métamorphose des logiques perceptives, c'est parce qu'elle donne chair et vie aux formes de l'existence, parce qu'elle est l'intuition vivante du concept. 

Il y a une logique de l'être (des histoires, des destins), un Esprit du temps (une réalité historique, des formes de vie, un imaginaire/symbolique qui façonne et  institue), une logique perceptive (un style, une vision, un rapport au monde).

Ce que nous proposons ici, c'est de montrer la vie des concepts à travers les grandes œuvres de la littérature. S'il est vrai, comme le pensait Deleuze, que la littérature n'a nul besoin de la philosophie, en revanche la philosophie a besoin de la littérature et des autres arts, si elle veut bel et bien penser la vie des hommes ici et maintenant. 

La philosophie comme la poésie ont pour vocation de dire le lien entre l'instant et l'éternité, tandis que la littérature nous fait partager la vie et la durée même de cet instant. Il s'agit pour nous de trouver les mots de leurs liens réciproques, c'est-à-dire de capter dans le flux de la création littéraire, ce qu'il en est du rapport de la vie au concept.

- Frédéric Rivella

Gatsby

Destin d'un héros imaginaire.

Bartleby

La littérature comme suspension du monde.

Lien et altérité

D.H. Lawrence et la quête du le lien symbolique.

Witold Gombrowicz
Cosmos

Cosmos ou la mise en ordre du monde par une mécanique de signes, un emballement du tableau logique, une  prolifération sauvage et mystique du non-sens.

... chaque mois, un nouvel article enrichira cette rubrique